Elle m'ennuie à mourir, m'ennuie à mourir...

Idée déco chambre blanche nature avec une suspension détournée en applique à potence
Merci à thedesignfiles.net. Photographe : Sean Fennessy. Styliste : Lucy Feagins.

Pour recréer cette déco chez vous

Suspension tambour en rotin tressé diamètre 45cm Natt Blanc
Suspension conique en lames de bambou Shosan
Suspension rotin tressé naturel
Suspension conique en rotin tressé Yaku
plus dispo
Voir sur laredoute.fr
44,99
Suspension en métal blanc et bois clair Bold 23cm
plus dispo
Voir sur delamaison.fr
84,90
Suspension en bois clair et métal blanc Boréal 26 cm
Tabouret rond brut en bois massif Kava
plus dispo
Voir sur home24.fr
89,99
Tabouret en bois brut façon tronc Asta
plus dispo
Voir sur kare-click.fr
329,00

A priori, cette chambre avait tout pour vous endormir d'ennui : blanc, blanc, blanc et avec une pointe de noir (pour réveiller le blanc sans doute). Je sens rien qu'en la voyant l'envie de faire chevroter ma voix sur un "elle m'ennuie à mourir, m'ennuie à mourir".

Et en fait j'ai tout faux. Cette chambre est blanche, c'est vrai, mais elle n'est pas ennuyeuse pour un sou. Parce que sa belle au bois dormant a eu quelques riches idées qui lui donnent un côté très humain et doux et qui apportent une vraie solution à des problèmes déco existentiels.

 

Premier problème auquel la déco de cette chambre apporte une solution : le vide au-dessus du lit. Bien sûr, la tête de lit est là pour combler le vide au-dessus du lit, mais a-t-on tous envie d'une tête de lit ? Parce que souvent la tête de lit, disons-le, a aussi ce petit côté "elle m'ennuie à mourir". Et là, pas de tête de lit ! Juste un tableau (qui avec la tenture ou le tapis est quand même une des excellentes idées pour résoudre le problème du "vide au-dessus du lit") ! Et quel tableau ! En toute subjectivité, j'adore les graffs et les tableaux d'inspiration street art, donc clairement ce tableau est fait pour moi. Mais alors qu'il aurait pu tomber limite comme un cheveu sur la soupe, il passe bien alors même qu'il est en complète rupture de style ! C'est parce qu'il reste dans le ton ou plutôt dans les tons : ses couleurs plus beige répondent au bois tandis que le noir répond à la photo de famille un peu "old style".

Deuxième problème auquel la déco de cette chambre apporte une solution : la table de chevet. Autant je n'ai aucun problème à reconnaître le besoin d'un endroit où poser le "petit brin de la nuit", autant la table de chevet, non, non et re-non ! Dans ce contexte, je ne peux que saluer le détournement de tabouret en table de chevet (si vous aimez, allez jeter un coup d'oeil ici : "Non, non tout mais pas ça !"). Et vu le sort qui a été réservé à ce tabouret j'irais même un cran plus loin, je suis prête à faire une ola toute seule devant mon ordi : avoir peint l'extérieur du tabouret est juste une brillante idée. Le tabouret se fond dans le paysage tout en gardant une note de bois qui adoucit et humanise le "blanc tout blanc trop blanc" de cette chambre.

Troisième problème déco résolu avec brio par cette chambre : l'éclairage bien sûr. Détourner une suspension en applique à potence, c'est juste top ! Et économique (le cours de l'applique à potence est assez élevé...). Alors, comment ça marche ? En fait c'est simple, il faut ajouter un interrupteur et une prise (ça c'est pour transformer la suspension en lampe "normale") et couper et fixer une potence. Là on est bien d'accord une fois que j'ai dit ça, c'est un peu comme si je n'avais rien dit. Pour le chantier "électricité", voici un tuto très clair (enfin je trouve) qui vous expliquera comment installer un interrupteur et une prise.
Pour la partie potence, là, je vais vous expliquer : je l'ai fait (enfin presque, c'était pour faire des patères). En gros la potence est une barre à rideau cylindrique en bois (qu'on trouve dans son magasin de bricolage préféré). On la coupe à la dimension voulue. On la ponce et la peint. Quand c'est tout sec, il n'y a plus qu'à la fixer au mur. Là, il faut un perceuse, une cheville (les trucs en plastique coloré ou pas qu'on met dans le placo) et une "vis à 2 bouts" (avec un pas de vis de chaque côté). On fait un trou dans le mur, un prétrou dans la potence. On enfonce la cheville, met la vis sur la potence puis dans le mur ! Et le tour est joué ! Facile, je vous disais !
Et pourquoi vous vous êtes embêté à faire tout ça ? Pour avoir un éclairage d'appoint qui ne vous coûte pas 3 bras et qui vous libère de la place sur votre table de chevet qui n'en est pas une ! Avouez, ça valait le coup de s'embêter un peu, non ?

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience de navigation sur whataniceplace.com. En continuant la navigation sur ce site vous acceptez cette utilisation. Plus de détails ici.